WINTER BREWFEST 2017

WINTER BREWFEST 2017


L’hiver, on cherche tous à se réchauffer. Certains prennent l’avion pour aller au Mexique ou à Cuba, mais puisqu’on a pas tous le même budget ça se peut que le mieux que tu puisses faire, c’est prendre ton auto pour aller boire de la bière au Vermont afin de te remplir l’intérieur de chaleur dans un paysage différent que ton salon. C’est correct, je suis dans cette équipe là moi aussi.

Le 11 février dernier, on a eu l’honneur d’être invité à la première édition du Winter Brewfest de Burlington, un festival intérieur regroupant 30 microbrasseries, vignobles, cidreries et distilleries locales et régionales. En plus des boires, on nous promettait une belle palette d’exposants alimentaires, des jeux, de la musique live ainsi que des ateliers variés. C’était la première édition de l’événement, ainsi que notre premier séjour à Burlington ; nos papilles vierges de cette contrée inconnue étaient donc prêtes à découvrir pourquoi tout le monde parle du Vermont comme étant une vraie cité d’or brassicole.

(Là, je vais me concentrer sur le Brewfest. Si tu veux des conseils sur les endroits où aller pour prendre un verre à Burlington, va lire l’exotique article d’Arianne sur le sujet, juste ici !)

Contrairement aux festivals dont nous sommes habitués ici (tu achètes des coupons et tu dégustes jusqu’à ce que mort du savoir-vivre ou du porte-feuille s’en suive, dépendamment de laquelle survient en premier), le Winter Brewfest est séparé en deux blocs : un premier de midi à 16h, et l’autre de 18h à 22h. Pour 40$, tu choisis la session où tu souhaites perdre ta sobriété, puis tu reçois 15 coupons de dégustation, un petit verre et l’accès au reste des attractions. Une vraie aubaine, puisque chaque coupon équivaut à une dégustation de 4oz !

Après un léger détour dans l’état de New York parce qu’on avait vraiment envie de prendre un ferry et rallonger notre route de 45 minutes (non c’est des blagues on s’est juste perdu, on a pas fait ça pour le fun), on arrive enfin au Sheraton Hotel, où avait lieu l’événement. Il est 12h quand on commence la tournée des deux étages de bonheur.

Première observation : il y a du monde ! Il restait encore des billets pour assister à notre séance, alors je n’imagine pas à quel point l’endroit devait être noir de gens en soirée. Malgré tout, les files d’attentes vont vites, et il n’y a pas grands moments qui passent sans que notre verre soit plein. L’organisation spatiale est simple mais efficace : les kiosques d’alcools sont cordés tout le long des murs tandis que les jeux et les échantillons de nourriture se retrouvent au centre. On entrevoit une version géante du jeu Connect 4, une autre de Jenga et un genre de photoboot interactif. Mais pas le temps de s’y attarder : direction bière !

On a découvert pas mal de belles affaires durant les 4 heures de dégustation. Sans grande surprise, on comprend pourquoi le Vermont est champion dans la catégorie IPA. Mention spéciale pour Rock Art Brewery qui nous a présenté une bière qui, je cite notre amie, « est comme un pamplemousse saupoudré de houblon », mais c’est vraiment Trout River qui nous a jeté à terre avec sa Trout of Solace, leur nouveau bébé brassé avec du houblon 007 et Citra. C’est magnifiquement bien balancé et ça se rapproche beaucoup de la Sip of Sunshine.

On a fait un high five aux gens de Magic Hat pour leur Belgo Sutra, une Dark Belgium Ale juste à la bonne place, et leur Wee Heavy Champ, une Scotch ale délicieusement sucrée tirant sur l’érable, me rappelant presqu’un vin d’orge duquel on aurait retiré l’amertume.

Stone Corral nous a tous surpris avec leur bière de blé aux fruits de la passion. N’étant pas la plus grande fan de bières sûres, je suis tombée sous le charme de la Maracuya, qui s’éloigne du côté bonbon classique pour rester dans une acidité mielleuse se mariant parfaitement avec les sucres du fruit. Très rafraîchissant pour trancher au travers de tout le houblon !

Du côté des bières aux couleurs sombres, on a eu un gros coup de cœur pour la Vanilla Porter de Idletyme Brewery. Soyeux goût de vanille et chocolat blanc qui dansent sur un plancher de malts grillés et sucrés. On est également tombé sous le charme de la Barrel Aged Imperial Stout de nos homies de Farnham qui, rappelons-le, ont également un pied à terre au Vermont !

On aurait aimé vous en dire plus sur les cidres, les distilleries et les artisans qui offraient des bouchées sur place, mais voici le seul bémol de notre aventure : 4 heures, c’est vraiment pas assez pour faire l’expérience de tout ce que le festival avait à nous offrir. On est tous ressorti avec encore au moins 5 coupons inutilisés par personnes, et le sentiment d’avoir peut-être passé à côté de plusieurs belles découvertes. Est-ce qu’on aurait pu se dépêcher un peu plus afin de rentabiliser notre temps et notre argent ? Probablement. Mais le but d’un événement de dégustation est, comme le nom le dit, de déguster et prendre le temps d’apprécier les produits qui nous sont offerts et non de jouer à une course contre la montre. Pour la prochaine fois, j’espère vraiment que les séances vont être étirées d’au moins une heure afin de permettre à tout le monde de bien apprécier les activités proposées. T’sais, moi aussi j’aurais voulu avoir le temps de jouer à Connect 4 avec des jetons aussi gros que ma tête.

Pour une première édition, le Winter Brewfest a amplement rempli sa mission. On a vraiment eu beaucoup de plaisir à se faire surprendre par les mille et une merveilleuses bières du Vermont, et si tout fonctionne comme prévu (SCOOP !), on risque bien de les voir à Montréal dans un avenir proche ! N’hésitez pas à aller leur donner du gros love en allant visiter leur page Facebook, histoire de rester au courant des développements et de leur faire savoir qu’on a hâte de les voir ici.

Parce qu’un festival de bières du Vermont à Montréal, ça serait comme l’exotisme des vacances sans avoir besoin de prendre son char.

Partager l'article

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *