À LA DÉCOUVERTE DES VINS NATURE AU 1er RAW WINE MONTRÉAL !

À LA DÉCOUVERTE DES VINS NATURE AU 1er RAW WINE MONTRÉAL !

Avant d’entrer dans le vif du sujet, on va se dire les vraies affaires : l’univers du vin, ça peut être intimidant. Depuis quelque temps, on travaille à faire tomber les préjugés grâce aux chroniques mensuelles d’Anna Demay d’Oenopole à notre émission de radio. Notre tout premier salon des vins nous a tout de même donné l’impression d’être à l’école et de passer un examen final dans une matière qu’on ne maîtrisait pas vraiment. Et ce salon, c’était le RAW WINE. Est-ce qu’on peut en déduire que l’expérience fut négative ? Spoiler alert : non, on a adoré ça.

#RAWWINEMTL

Le premier novembre dernier, Montréal fut l’hôte du RAW WINE pour la première fois de son histoire. En fait, c’était la toute première présence de ce salon en sol canadien ! Le RAW WINE est une tournée nord-américaine qui met en lumière une sélection de vins nature produits par les plus grands vignerons du monde. Un événement où la transparence est de mise, et qui encourage :

 

 

  1. L’utilisation de raisins biologiques, cultivés sans produits chimiques ;
  2. Les vins préparés à la main, de manière artisanale ;
  3. Les méthodes de vinifications traditionnelles ;
  4. La création de vins vivants, sans presque aucun additif ;
  5. Le bien-être des artisans et de leur communauté.

En bonne étudiante, j’ai fait mes devoirs avant d’arriver au Belvédère du Vieux Port, où se tenait l’événement. Par contre, à mon arrivée, c’est comme si toutes les précieuses connaissances que j’avais enregistrées dans ma tête s’étaient évaporées, et que mon savoir-vivre vinicole devenait vierge de toutes bonnes manières. Au risque de passer pour une novice sans manières, j’ai spotté la première table où une jeune fille de mon âge était installée, et je lui ai posé toutes les questions qui me sont passé par la tête. Un genre de cheat sheet sur deux pattes, qui m’a permis de passer un premier salon sans la moindre anicroche. (Tu étais au kiosque 95, avec les vins Weingut MG vom SOL. Je ne me rappelle plus de ton nom, mais merci !)

Pour les néophytes, voici les grandes lignes de ma discussion avec ma nouvelle amie. Sinon, rendez-vous à la fin de l’article pour connaître mes coups de coeurs du salon !

Vin biologique, en biodynamie, nature… Quelles sont les différences ?

Avant toute chose, je voulais comprendre ce que je m’apprêtais à boire. Qu’est-ce qui fait qu’un vin est considéré comme « nature », « biodynamique » et/ou « biologique » ? Ces termes-là ne veulent-ils pas tous dire la même chose ? Bien qu’on aime se compliquer la vie avec la langue française, ce n’est pas ici un caprice linguistique, mais bien différentes définitions auxquelles nous avons affaire.

Vin biologique : un vin biologique est fait à partir d’ingrédients à 100% biologiques. Bien que ces vins proviennent de vignes n’ayant pas été traitées avec des pesticides, le terme ne garantit pas que le produit final sera vierge de levures artificielles, d’additifs ou traitements venant dénaturer le raisin de sa personnalité originale.

Vin biodynamique : un vin biologique peut être qualifié de biodynamique lorsque qu’un vigneron prend non seulement soin de ses vignes, mais également de l’environnement dans lequel elles se développent. On vise un équilibre parfait entre la nature et le vin qui en découle. Seuls les traitements naturels, tels que des concoctions à base de plantes, sont permis afin d’aider le développement des vignes. Le calendrier lunaire détermine les étapes importantes dans le processus de création du vin, comme le moment des vendanges ainsi que l’embouteillage.

Vin nature : un vin nature est un vin biologique fait à partir de raisins qui ont été naturellement « transformés » , sans rien ajouter ou enlever durant le processus de création, de la cueillette à l’embouteillage. Ça veut dire qu’un vin nature est fermenté exclusivement à partir des levures reposant sur ses raisins. On obtient donc un vin vivant qui, selon le taux d’humidité ou le temps de maturation en bouteille, ne goûtera pas la même chose d’une journée à l’autre ! À noter qu’un vin nature n’est pas obligatoirement un vin biodynamique.

Vins nature versus vins conventionnels

Au salon RAW WINE, ce sont donc des vins nature qui nous ont été donnés de goûter. Peut-on vraiment voir une différence entre un vin « classique » et un vin nature ? En tant que débutante dans le domaine, je vous le confirme : oui, absolument ! Dans la vie de tous les jours, je préfère sans hésitation les vins rouges aux vins blancs. Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant des vins blancs funky, salins, gras, sauvages ; si loin du classique chardonnay qu’on nous propose toujours lors des 5 à 7. On se croirait presque à la frontière entre un vin et une bière, les levures sauvages des raisins nous faisant voyager aisément aux extrémités du spectre vinicole. Leurs saveurs m’ont définitivement davantage plu que celles des vins rouges, que je dois encore prendre le temps d’apprivoiser. En version nature, les vins rouges ont tendance à être plus verts ; je me rappelle particulièrement des notes d’olive, d’une acidité grasse, de tannins robustes et d’une multitude d’herbes très aromatiques. C’est probablement une généralisation très sommaire, puisque je n’ai pas eu la chance de goûter à tout (c’est plus d’une centaine de producteurs qui étaient sur place !) mais les rouges auxquels j’ai goûté n’étaient tout simplement pas dans ma palette. Tous les goûts sont dans la nature !

J’ai également eu de très beaux coups de cœur pour des vins orange et des bulles, dont je vous ferai part à la fin de cet article.

Cracher ou ne pas cracher ?

Anna Demay nous avait prévenus qu’il est coutume de cracher dans un salon des vins. Dans la vie, je n’associe pas nécessairement l’action de cracher à un geste très élégant. Comment faire, donc, pour cracher dans les règles de l’art ? Mais encore, pourquoi cracher ?

Un salon des vins, ce n’est pas comme un festival de bières. Oui, vous aurez envie d’avaler vos gorgées, mais rappelez-vous que ce qu’on vous y sert tourne généralement entre 11% et 14% d’alcool. Les différents saveurs et arômes étant plus subtils, vous aurez besoin de tous vos sens et ce, le plus longtemps possible, afin de profiter au maximum de votre expérience. Ce n’est pas snob de cracher, au contraire : c’est simplement nécessaire pour profiter de son expérience au maximum.

On réalise rapidement qu’il n’y a pas vraiment de bonnes ou de mauvaises manières de cracher son vin. Que ce soit en prenant le crachoir dans ses mains ou en se penchant à la hauteur de la table, suffit d’avoir l’air confiant ! Un seul conseil : essayez de ne pas cracher trop fort, parce que la limite est fragile entre un crachat réussi et une pluie de gouttelettes qui nous revient dans le visage. (Non, ça ne m’est pas arrivé, mais vaut mieux prévenir que guérir, ok !)

Et puis, entre vous et moi, rien n’empêche d’avaler les vins lorsqu’ils sont si bons qu’il est impensable de s’imaginer les gaspiller. On est là pour avoir du plaisir, après tout !

Coups de coeur du RAW WINE MTL

Il s’en est goûté des choses, cette journée-là ! Quelques producteurs ont réussi à me marquer au point de penser me ruiner pour acheter leurs produits en importation privée.

Casè

Importé par : Le vin dans les voiles

Le Domaine Casè, qui a vu le jour en 1998 en Italie, a pour mission de faire des vins dont les goûts dévient des attentes classiques. Alberto Anguissola, que nous avons eu la chance de rencontrer, souhaite innover avec les saveurs de ses produits, tout en travaillant selon les méthodes traditionnelles de l’industrie. Ses vins avaient un je-ne-sais-quoi unique, ce qui lui a valu mon coup de coeur personnel de la journée.

À boire : Harusame, des bulles à base de pinot noir, élevées sur lies, ayant vécu une deuxième fermentation en bouteille, provoquée avec du jus de raisins de pinot noir. Disponible à la SAQ en décembre.

Radikon

Importé par : Oenopole

C’est à la frontière de la Slovénie, à Frioul en Italie, que poussent les vignes de Radikon. Ce producteur est reconnu pour ses vins blancs de macérations, c’est-à-dire ses vins blancs vinifiés comme des vins rouges, ou en d’autres mots… ses vins orange ! Stanko Radikon est considéré par plusieurs comme étant le père de la renaissance de ce style, qu’il a remis aux goût du jour au début des années 1990. Alors que ce style fait de plus en plus d’adeptes au Québec, ce fut tout un privilège de pouvoir goûter quelques-uns des produits qui servent de références aux vignerons de partout autour du monde.

À boire : Jakot, vin orange de fermentation spontanée, élevé 36 mois en foudres slovènes.

Azienda Agricola Divella

Importé par : Le vin dans les voiles

Depuis qu’elle a 22 ans, Alessandra oeuvre dans le domaine du vin. Aujourd’hui, à 28 ans, elle est propriétaire de deux hectares bios où poussent deux cépages, le chardonnay et le pinot noir. Le résultat : trois microcuvées de bulles qui se déclinent en un total de 7000 bouteilles (seulement !) par année. En comparaison, notre bien aimé Julep, populaire vin orange du Québec, peine à fournir la province avec sa distribution annuelle de 2000 bouteilles. Vous pouvez donc imaginer comment les fines bulles naturelles d’Alessandra doivent être difficiles à attraper… !

À boire : Blanc de Blancs, de douces bulles briochées à 100% chardonnay, élevées en barrique et cuves de béton. Elles ont ensuite reposé sur lattes au moins deux ans avant la mise en vente.

RAW WINE Montréal 2019

Forte de mes nouvelles connaissances, c’est finalement un très bel après-midi que j’ai pu passer au RAW WINE. Les vignerons avaient de la jasette et malgré leurs forts accents, ce fut un réel plaisir de pouvoir être en contact avec ces artisans de la vigne. De vrais passionnés qui révolutionnent le monde du vin, naturellement.

C’est un rendez-vous l’an prochain, puisque RAW WINE reviendra pour une deuxième édition à Montréal ! Un conseil : restez à l’affût pour la vente de billets, puisque celle-ci s’est écoulée en moins de deux semaines en cette première année !

Partager l'article

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *