ARTIST IN RESIDENCE : UN MATCH PARFAIT

ARTIST IN RESIDENCE : UN MATCH PARFAIT

Combien de fois t’es-tu déjà laissé tenter par une belle bouteille de spiritueux à la SAQ? La compétition est tellement féroce sur les tablettes qu’il ne suffit plus d’avoir un produit de qualité; il faut que son contenant le soit aussi afin d’attirer l’oeil du consommateur en premier.

Dans cette optique (littéralement, puisqu’on jase de trucs agréables pour les yeux), on est prêts à parier que ton regard s’est déjà posé sur la magnifique bouteille du gin Waxwing. Ce spiritueux d’un jaune paille brûlé nous rappelle la fière allure du Ungava, pionnier québécois dans la catégorie des gins naturellement colorés. La bouteille étant décorée d’une coquette illustration d’oiseau en ti-coat, notre coeur flanche déjà avant même d’avoir goûté au doux baiser du liquide.

On sait que tous les coups de foudre ne sont pas la prémisse d’une belle histoire d’amour. Toutefois, on peut dire que la distillerie Artist in Residence sait jouer les cartes de la cruise puisque tous leurs produits sont d’une esthétique enivrante. Assez pour que tu aies probablement déjà pris en photo l’une de leurs bouteilles pour l’envoyer à ton ou ta meilleure chum en lui demandant : « Je swipe à gauche ou à droite? ».

Gin Waxwing : le voyageur sociable

Difficile de dire non à un gin, surtout lorsqu’il a si fière allure. Fabriqué à partir de huit aromates dont de l’écorce de citron et de la réglisse, c’est la macération de baies d’églantier et d’extraits végétaux de la forêt boréale qui lui donne sa teinte dorée. Bohème dans l’âme, ses belles paroles nous font rêver dès le départ, mais saura-t-il honorer ses promesses?

Verdict : Il existe effectivement beaucoup d’autres gins sur le marché québécois, mais le Waxwing a définitivement un je-ne-sais-quoi qui mérite notre attention. Dès la première date, ses effluves de citron confit nous charment. Il ne nous avait pas menti, le tannant : en bouche, ses saveurs d’agrumes qui s’entremêlent aux épices des herbes boréales frappent un coup de circuit tout droit vers notre coeur. On sent qu’on lui proposera rapidement de venir habiter dans notre appartement.

Vodkalight : la sous-estimée

La vodka, ce n’est pas vraiment notre genre de spiritueux. On l’apprécie lorsqu’elle arrive par surprise, mais on ne l’invitera jamais au party nous-mêmes. Toutefois, on est rapidement intrigués par l’allure de cette nouvelle arrivée, distinguée mais aux manières désinvoltes. On prend connaissance de sa description et notre coeur commence déjà à battre vite : « La première vodka légère et artisanale au Canada. Faite d’eau de source boréale et de maïs 100% canadien. Ingrédients hyper locaux ». Serait-ce trop beau pour être vrai?

Verdict : Au début, on est un peu gênés. La conversation est difficile et on ne sait pas trop par où commencer. Sur glace? En cocktail? Allez, on se fait confiance et on décide d’y aller avec une valeur sûre : le Bloody Caesar. Bingo! Les langues se dénouent et on apprivoise de plus en plus notre nouvelle amie. Elle est douce, soyeuse et beaucoup moins agressive qu’une vodka régulière de par son 30% d’alcool. On se surprend même à l’apprécier sur glace, alors qu’on fait la connaissance de ses subtiles notes florales. On entrevoit notre avenir ensemble d’un bien bon oeil.

Mayhaven : celle qui fait tourner les têtes

Tous les goûts sont dans la nature, mais il y en a toujours qui feront l’unanimité. C’est le cas de la Mayhaven, cette liqueur de gingembre artisanale. Sa robe est si jolie qu’elle s’est vu décerner un prix; elle fait tourner les têtes sur son passage et nous parle d’une langue noble et sage. Sur papier, on nous promet du gingembre, du piment et de la lime. C’est assez déjà pour nous convaincre qu’elle ne sera pas qu’une histoire d’un soir.

Verdict : Les attentes sont très hautes et la rencontre est… charmante quoi qu’un peu déstabilisante! On la trouve un peu plus fougueuse que prévu, mais on se rappelle rapidement qu’on a affaire à une liqueur de gingembre, elle se devait donc d’avoir du caractère. Un 30% d’alcool punché sans être trop sucré, qui se déguste tant bien sur glace qu’en cocktail. Une future amie qu’on traînera dans les party, assurément!

Artist in Residence : la distillerie

Première distillerie de l’Outaouais, AIR est fière de dire qu’elle travaille déjà sur son expansion, qui sera dévoilée ce printemps. On ne peut également pas passer à côté du fait que le grain de maïs utilisé pour la base d’alcool neutre de tous leurs spiritueux est cultivé à quelques kilomètres de la distillerie à la ferme familiale Deschardins. Et finalement, pour rajouter une couche à ce beau portrait, un petit nouveau viendra bientôt agrandir la famille. Il s’agit du Killinger Rye, un whisky blanc 100% québécois. Il y a fort à parier qu’il héritera du charme et de la finesse de ses frères et soeurs.

On dit que l’habit ne fait pas le moine, sauf que…

Partager l'article

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *